Les avocats guinéens boycottent les audiences

Les avocats guinéens ont annoncé mardi qu'ils vont boycotter toutes les audiences des tribunaux du pays pour protester contre « l’ingérence du gouverneur de la ville de Conakry dans les affaires judiciaires ».

Capture.png


La décision des hommes en robe noire de suspendre leur participation aux audiences fait suite à la détention et la séquestration d’un des leurs, à l’occurrence Me Foromo Frédéric Loua, le jeudi 3 novembre, dans une brigade de Conakry, sur instructions du gouverneur de la ville de Conakry, Commandant Sékou Resco Camara.


La décision été prise dans une ambiance surchauffée, au tribunal de première instance de Kaloum, mardi matin. Certains avocats, très remontés contre le commandant de bataillon, voulaient coûte que coûte faire une marche de protestation, même sans avoir procédé à une déclaration préalable auprès du maire de la commune de Kaloum. Munis de pancartes sur lesquelles ont pouvait lire : « Resco dégage ! », « Resco out ! », ces avocats, très nombreux et qui tentaient à légitimer la marche d’aujourd’hui par un vote à mains levées, ont chaudement discuté avec leurs confrères attachés au respect de la loi.


« On ne peut pas soumettre l’illégalité au vote. Evitons qu’on ne nous dise un jour, vous avocats, qu’est-ce que la loi dit à propos de l’organisation d’une marche ?», a déclaré Me Mohamed Traoré, membre du Barreau de Guinée. « Ce n’est pas parce que nous avons marché par le passé, sans autorisation, que nous allons reproduire la même chose. Soyons respectueux des textes ».


La raison a fini par triompher sur l’improvisation. Les avocats ont décidé de rester dans le cadre de l’article 106 de la Loi pénale qui stipule que toute manifestation sur la voie publique doit faire l’objet de déclaration au moins 3 jours francs et au plus 15 jours avant ladite manifestation. Après tout calcul, et partant d'une décision unanime de déposer la lettre d’information auprès du maire de la commune de Kaloum aujourd’hui, les hommes en robe noire ont reporté leur marche au lundi 14 novembre. Ils ont en outre décidé de déposer une citation directe aujourd’hui même contre le gouverneur Sékou Resco Camara, pour l’amener à comparaitre le mercredi 16 novembre à 10h devant le TPI de Kaloum.


« Le Commandant Sékou Resco Camara n’est pas à sa première expérience. C’est un habitué des faits. Il ne cesse de s’immiscer dans le fonctionnement de l’appareil judiciaire. Or il n’a ni qualité, ni droit pour le faire », a déclaré le porte-parole des avocats, Salifou Béavogui.


« Tout ce qui concerne la justice relève du pouvoir judiciaire incarné par les cours et les tribunaux. Il n’est pas acceptable que les cours et tribunaux libèrent des personnes et que le gouverneur s’y oppose jusqu’à arrêter des avocats. Cela est inacceptable », s’est-il indigné. « Nous allons protester, nous continuerons à protester. Toutes les audiences sont suspendues jusqu’à ce que le gouverneur comparaisse à la barre avec le colonel Amadou Bangoura et le commissaire divisionnaire, Sowi Guilavogui. Nul n’est au dessus de la loi. Il faut qu’il comparaisse et il comparaitra. Il sera jugé et condamné et nous allons exécuter cette décision.


Elie Ougna et Oury Bah
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

NOUS VOUS INFORMONS DE LA CREATION DE NOTRE NOUVEAU SITE 

<a href="http://guineejuristes.com/"> WWW.GUINEEJURISTES.COM.. </a>


Mamadou-Alioune-Drame.png
<a href="http://guineejuristes.com/"> WWW.GUINEEJURISTES.COM.. </a>